Lettre à Barbara Pompili

05 janvier 2021 à 19h05

Cinq députés de la Charente-Maritime et les sénateurs Corinne Imbert et Daniel Laurent ont écrit un courrier à la Ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili à l’initiative de la députée Frédérique Tuffnell. 

Ce courrier concerne le développement de l’éolien terrestre en Charente-Maritime.

Voici le contenu de cette lettre en date du 4 janvier 2021 :

Madame la Ministre,

Comme vous l’avez souvent rappelé, l’éolien est une technologie décarbonée, renouvelable et créatrice d’emplois.

Soyez assurée que nous mesurons bien les enjeux liés à son développement et que nous sommes pleinement conscients du levier non négligeable qu’il représente, afin de pouvoir être à la hauteur de nos engagements internationaux, et de poursuivre la feuille de route actée lors des accords de Paris.

Nous sommes résolument pour un développement national du mix énergétique.

Cependant, cette orientation nationale ne doit pas, à nos yeux, conduire à des disparités, aboutissant à des saturations dans certains territoires.

Son déploiement doit donc se faire en totale concertation avec les territoires concernés, la transition énergétique devant, certes, nous doter d’une capacité d’anticipation et d’adaptation, mais ne pouvant avoir lieu que sur la base d’une acceptabilité sociale.

Or, nous vous alertons, Madame la Ministre, sur le fait que dans notre département de la CharenteMaritime, un niveau de saturation a bel et bien été atteint, entraînant non seulement un défaut d’adhésion, mais même un rejet de tout nouveau projet.

A cet égard, le Conseil Départemental de la Charente-Maritime s’est doté, fin 2018, d’un outil d’aide à la décision, à disposition du Préfet, sous la forme d’un observatoire de l’éolien.

Nous dénombrons actuellement, entre les propositions, les projets en cours et les 101 mâts déjà en place, une demande de 400 éoliennes sur le couloir Nord-Aunis/Vals de Saintonge…

Outre notre positionnement sur le fond, nous aimerions attirer également votre attention sur les pratiques et procédés discutables de certains opérateurs qui seraient allés jusqu’à profiter des situations d’alternance à l’issue des dernières élections municipales, pour faire pression sur les nouveaux élus, ou se prévaloir d’accords jamais obtenus auprès des équipes précédentes…

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article