L'euthanasie bientôt légalisée en France ?

16 février 2021 à 13h38

Olivier Falorni peut avoir le sourire !

C'est l'un des l'un des combats les plus importants de sa carrière politique qui pourrait être remporté le 8 avril prochain. La proposition de loi de l'homme du "Renouveau" sera débattue début avril au Parlement.

Après l'Espagne ou le Portugal, la France ?

Si les Pays-Bas ont été précurseurs en Europe sur le sujet en dépénalisant l'euthanasie et le suicide assisté en 2001, de plus en plus de pays européens suivent le mouvement.

La Belgique, le Luxembourg ou encore l'Espagne et le Portugal ont également adopté une loi autorisant "la mort médicalement assistée".

Selon un récent sondage Ipsos, 90% des français y sont favorables.

Extrait de la proposition de loi : 

Cette proposition de loi n°288 a été écrite le 23 octobre 2017 par Olivier Falorni et cosignée par Stéphane Claireaux (Député LREM de la 1ère circonscription de Saint-Pierre-et-Miquelon), Jeanine Dubié (Députée LT de la 2ème circonscription des Hautes-Pyrénées) et Sylvia Pinel (Députée LT de la 2ème circonscription du Tarn-et-Garonne).

En voici un extrait :

"Mesdames, Messieurs, Notre démocratie a su conquérir, une à une, toutes les libertés.

Toutes sauf une. 

L'ultime.

Celle qui nous concerne toutes et tous.

C'est-à-dire la liberté de choisir sa mort.

Le droit enfin donné à chaque citoyen majeur et responsable d'éteindre la lumière de son existence, lorsque sa vie n'est devenue qu'une survie.

Artificielle et douloureuse.

Il est donc nécessaire de reconnaître le droit d'obtenir une assistance médicalisée pour terminer sa vie au patient en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, lui infligeant une souffrance physique ou psychique jugée insupportable et qui ne peut être apaisée.

Par ailleurs, il convient de reconnaître aussi ce droit à une assistance médicalisée au malade atteint d'une affection incurable qui, sans menacer immédiatement leur vie, leur inflige de très fortes souffrances sans espoir de guérison.

Par ailleurs, Dans plusieurs pays, ce droit existe."

Les réactions en soutien à Olivier Falorni se multiplient

Voici quelques exemples :

Voir aussi

Falorni écrit à Véran

Falorni écrit à Véran

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article