Frédérique Tuffnell au front pour l’océan Austral

13 mars 2021 à 15h00

Ce vendredi 12 mars, Frédérique Tuffnell, députée de la Charente-Maritime était à l’initiative d’une conférence franco-européenne sur les enjeux de la protection de zones marines en Antarctique.

Déjà engagée sur la loi « climat et résilience », elle s’inquiète de « l’absence de consécration de l’interaction entre océans et climat ». Pourtant, cette dissidente de « La République En Marche » a trouvé un moyen de faire entendre sa voix. En juin prochain, la France présidera la « 43e Réunion consultative du traité sur l’Antarctique ». L’élue charentaise-maritime souhaite proposer une résolution afin que le gouvernement la soumette aux Etats membres du traité.

Originellement prévu pour faire taire les revendications territoriales sur le continent glacé. Ce traité assure que le territoire Antarctique et l'océan qui le borde ne soit employé qu’à des fins pacifiques et ne devienne pas le théâtre de différends internationaux. Actuellement, c’est un lieu d’étude des milieux marins extraordinaires. Mais c'est surtout l’un des derniers espaces communs de l’humanité. Un espace où les ressources naturelles sont intactes. On y trouverait des champs de pétrole et de gaz géants, différents minerais, de l’eau douce sous forme d’iceberg et une biodiversité époustouflante.


Cet océan est aussi l'un des plus gros puits de carbone du monde. Si vous n’êtes pas familier du mécanisme, il est plutôt simple. Les océans captent le dioxyde de carbone (CO2) contenu dans l’atmosphère, il est dissous par les courants puis stocké dans les eaux profondes, 100 mètres au-dessous de la surface. C'est pour ces raisons que Frédérique Tuffnell souhaite aller plus loin et donner au traité de l'antarctique une nouvelle dimension. Elle rappelle que par ce mécanisme « l’océan Austral absorbe près de 75 % de la chaleur excédentaire stockée par l’océan global et séquestre 35 % du CO2 en surplus dans l’atmosphère ».
Si la proposition de Frédérique Tuffnell est retenue. En juin prochain, la « 43e Réunion consultative du traité sur l’Antarctique » discutera d'une possible consécration de la protection de ce milieu marin. Auquel cas, un grand cap serait franchi pour la protection des océans. 

Vincent Larregain

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article