Covid-19 : Message coup de poing d'Olivier Véran

11 mars 2021 à 19h22

Olivier Véran le ministre de la Santé fait le point sur la situation épidémique dans l’hexagone. Un véritable message coup de poing dans lequel il s’inquiète de la recrudescence du variant anglais. 21 000 cas par jour sont recensés sur l’ensemble du territoire. Une courbe de contamination qui reste stable selon lui. Une accalmie due au « respect des gestes barrières et à la patience des Français ».

L’épidémie reste hétérogène sur le territoire

3 territoires sont particulièrement touchés en France métropolitaine, les hauts de France, Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Par exemple, un patient admit en réanimation toutes les 12 minutes en Île-de-France. Si le taux d’incidence est de 217 contaminés pour 100 000 habitants dans l’ensemble du territoire sur certaines communes de la métropole parisienne comme le Val-de-Marne ce chiffre monte à 400 contaminés pour 100 000 habitants. Pour résoudre cette disparité géographique dans les contaminations Olivier Véran lance un « appel à la solidarité ».

Le vaccin AstraZeneca remis en cause et une progression des variants

Le constat est clair pour le gouvernement : « Les variants remplacent progressivement le Covid classique, il devient la norme ». Plus contagieux, plus dangereux, il représente désormais les 2/3 des contaminations en France. Le ministre interpelle la population et rappelle qu’il faut impérativement s’isoler et se faire tester au moindre doute.

Sur les vaccins, le Premier ministre se veut aussi rassurant que possible. L’accélération promise de la livraison des doses se met en place. En 24 heures c’est 286 000 Français qui ont été vaccinés sur le territoire national. Au total, c’est plus de 4 millions de Français qui ont reçu leur première injection et plus de 2 millions qui en ont reçu deux.

Pourtant, le vaccin AstraZeneca est sur le devant de la scène. Le Danemark, la Norvège et l'Islande suspendent le vaccin AstraZeneca par précaution. Notamment à cause d’un risque de coagulation de vaisseaux sanguins. Interrogé sur la question, le ministre de la Santé raconte son entretien avec la directrice de l’agence nationale de surveillance du médicament qui lui a assuré de l’absence de lien entre d’éventuelles maladies et le vaccin AstraZeneca. L’agence européenne du médicament se veut tout aussi rassurante sur la question. 

Vincent Larregain 

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article