À 83 ans, son EHPAD veut l'expulser !

30 mars 2021 à 17h10

Une personne âgée de 83 ans et résidente d'un EHPAD rochelais, est sur le point de se faire expulser de son établissement. En cause, "des troubles de l'humeur". À ses côtés, elle peut compter sur plusieurs soutiens, dont l'APAJH 17 (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés).

"Elle a retrouvé l'amour et une stabilité." Pourtant, cette personne âgée de 83 ans va devoir faire ses valises et quitter l'EHPAD rochelais dans lequel elle avait été accueillie. Arrivée en urgence en fin d'année dernière après à un dégât des eaux de son habitation, rendant le lieu inhabitable, elle avait eu du mal à s'acclimater. "Aujourd'hui, elle a trouvé un équilibre, elle dit qu'elle n'a jamais été aussi heureuse que depuis qu'elle est là" confie Christophe Le Nain, directeur général de l'APAJH 17, qui suit le dossier de près. 

Expulsée en raison de "troubles de l'humeur", les recherches pour lui trouver un nouveau lieu d'accueil n'ont toujours pas abouti. "Ça fait six mois que l'on cherche" précise Christophe Le Nain. À 24 heures de l'échéance (ndlr, elle sera expulsée ce mercredi à 14 heures), celle qui n'a pas de famille se retrouverait sans solution en cas de mise à la porte. "Pourtant, il y a des places. On n'arrive pas à comprendre où est la difficulté" s'interroge le directeur général de l'APAJH 17. Face à cela, plusieurs recours ont été effectués. Auprès du président du conseil départemental, du président du CCAS de La Rochelle, de l'ARS, du défenseur des droits, du juge des tutelles (ndlr, elle est sous tutelle).  

Un dialogue compliqué

Plusieurs semaines de bataille, mais rien ne bouge. "Ce matin, on a encore reçu un courrier pour dire qu'elle serait expulsée manu militari" prévient Christophe Le Nain. Un crève-coeur pour cette octogénaire qui a rencontré l'amour au sein de cet établissement dans lequel elle s'épanouit pleinement. Une expulsion qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour cette battante, qui est "en capacité de se déplacer et de vivre socialement avec d'autres personnes".

"Elle nous a parlé de suicide" poursuit le directeur général de l'APAJH 17. "Elle l'a dit à plusieurs personnes, elle l'a écrit, elle l'a annoncé, elle mettra fin à ses jours si elle est expulsée." Malgré tout, Christophe Le Nain ne veut pas abandonner et continue d'y croire. "Il reste 24 heures. On pense que cette dame va enfin pouvoir être apaisée et qu'elle va pouvoir rester sur son lieu de résidence, de manière à être heureuse et sereine."

Pour retrouver en intégralité l'interview de Christophe Le Nain :

Rémy SAVARIT (Illustration Pixabay)

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article