| Fréquences Alertez NARadio
Économie

Covid-19: des règles éphémères pour les demandeurs d'emplois

Master MASTER | Publié le : 04/08/2020 à 14:08

Pour aider les demandeurs d'emploi indemnisés à faire face à la crise sanitaire, de nouvelles règles temporaires ont été mises en place :



- Prolongation exceptionnelle de la durée d’indemnisation



- Allongement de la période de référence d'affiliation



- Nouveaux cas de démission légitime



- Allongement du délai d’inscription à Pôle emploi



 



Face à la crise sanitaire du Covid-19, de nouvelles règles temporaires sont mises en place pour venir en aide aux demandeurs d’emploi.



Outre le report au premier janvier 2021 de la mise en œuvre des règles d’indemnisation qui devaient s’appliquer en avril 2020, différentes mesures viennent répondre de manière temporaire aux conséquences de l’épidémie sur les demandeurs d’emplois indemnisés.



 



D’abord, la durée d’indemnisation a été prolongée : cet allongement attribué aux allocataires indemnisés au titre de l’ARE dont la fin de droits est intervenue entre le 1er mars et le 31 mai. Il est automatique même si la personne remplit les conditions de rechargement. La durée de prolongement est déterminée selon la date de fin de droit.



 



Ensuite, la période de référence affiliation sera elle aussi allongée de 61 jours. Cette période de recherche de la durée minimale d’affiliation requise à l’ouverture ou le rechargement d’un droit sera alors de 27 mois pour les salariés de moins de 53 ans et de 39 mois pour les salariés de 53 ans et plus contre 24 et 36 mois en temps normaux.



 



En outre, la durée d’indemnisation et le salaire journalier de référence vont être aménagés. Pour cela, les jours situés hors contrat du travail compris entre le 1er mars et le 31 mai ne seront pas pris en compte dans les calculs. Cet aménagement est prévu pour les demandeurs d’emploi dont la fin de contrat de travail intervient à compter du 1er janvier 2021.



 



Enfin, de nouveaux cas deux démission légitime permettent une indemnisation au titre de l’ARE. Cela concerne les salariés ayant démissionné avant le 17 mars 2020 dans le but de reprendre un emploi en CDI ou CDD d’au moins 3 mois, dès lors que cette reprise d’activité s’est concrétisée par une embauche à laquelle l’employeur a mis fin ou lorsque celle-ci, devant intervenir à compter du 1er mars 2020, ne s’est pas concrétisée.



La condition de 3 années d’affiliation au régime n’est alors pas exigée et ces deux cas de démission sont applicables pour toute décision prise en charge entre le 16 avril et le 31 mai.



 



 


NA MEDIA EN DIRECT